L’activité physique peut aider à prévenir la dépression

L’activité physique ne permet pas seulement d’améliorer la santé mentale des personnes aux prises avec une maladie chronique, selon l’OMS. Elle joue également un rôle significatif de prévention de plusieurs problèmes de santé obésité, diabète, maladie coronarienne, cancer, y compris les troubles de santé mentale. Je crois que la majorité d’entre nous n’arrivera jamais à réellement contrôler sa vie. Se plaindre, attendre, se trouver des excuses. Toutes ces choses ne font que vous tirer vers le bas alors qu’il existe des moyens d’avancer.

Mon but est de vous donner toutes les clés pour atteindre vos objectifs, aussi bien physiquement que mentalement. Nous sommes de plus en plus sédentaires. Les changements de mode de vie qui touchent les pays développés vont tous dans le même sens celui de l’inactivité transport, conditions de travail, écran, loisirs. Depuis longtemps, on sait que l’exercice est bon pour la santé physique. Des dizaines d’années de recherches ont montré qu’une activité physique régulière diminue le risque de développer de nombreuses maladies pathologies cardiovasculaires, obésité, diabète, cancer et augmente la durée de vie. Mais les bénéfices de l’exercice sur la santé mentale sont moins bien connus. Nous faisons du sport pour rester en forme, mais c’est déjà très bien pour autant.

Considérons nous l’exercice physique comme un traitement sérieux des maladies mentales aussi efficaces que les médicaments ou les séances chez le psychologue ou le psychiatre? La réponse est oui. La science l’affirme. Pour les troubles dépressifs, certes, l’exercice physique n’est pas un remède miracle et peut même être futile dans les cas de dépression grave. Mais il représente bien plus qu’un leurre médical ou qu’un simple traitement palliatif pour la plupart des patients souffrant de dépression légère ou modérée. Ce serait même l’un des traitements les plus efficaces, les plus sûrs, les plus pratiques, les plus économiques et les plus agréables qui soient. Rien que ça. Pour certains patients, les bénéfices de l’activité physique sont aussi importants, voire plus, que les bénéfices des médicaments avant tout.

Qu’est ce que la dépression ? C’est une maladie qui se caractérise par une humeur triste, persistante et une perte d’intérêt pour des activités généralement plaisantes, souvent accompagnées de périodes d’insomnie, de fatigue, d’un manque de concentration et d’une faible estime de soi. Selon L’OMS, il y a 350 millions d’individus concernés dans le monde et en France, c’est entre 2 et 3 millions de personnes qui sont touchées par un épisode dépressif chaque année. Maintenant que nous savons, grâce à plusieurs études, que le sport est l’un des meilleurs traitements alternatifs pour lutter contre la dépression, une question se pose quel sport doit on pratiquer dans l’objectif d’améliorer sa santé mentale et de lutter contre le syndrome dépressif.

Il est conseillé de réaliser entre trois et cinq séances d’endurance par semaine de 45 à 60 minutes, à une intensité de 50 à 85 de sa fréquence cardiaque maximale. L’activité peut être de la marche, de la course, du vélo. Peu importe, selon Madoka. Car Trividic, j’espère que je le dis bien. L’idéal se situe sans doute autour de 16 kilos calories brûlées par kg, soit 1 200 à 1 500 kilos calories par semaine pour un individu de poids moyen. Au delà de ces recommandations, il est surtout important de comprendre que peu importe l’activité exercée, sa quantité et son intensité. Le fait de se mouvoir est primordial pour entretenir sa santé physique, certes, mais aussi sa santé mentale, comme les échecs et les victoires du fameux boxeurs Floyd Mayweather citée chez clinicnarin.

Si l’exercice physique soigne la dépression, l’inactivité, à l’inverse, peut la provoquer. En moyenne, les personnes actives physiquement ont 45 de risque en moins de développer une dépression. Comparé aux gens inactifs, selon l’audit Ph.D. Au delà des fondements physiologiques, de nombreux facteurs sociaux et psychologiques aident à comprendre le rôle de l’exercice physique dans la diminution des symptômes dépressifs. Les patients qui ont dû lutter contre la maladie considèrent que le sport leur a fourni de l’énergie et un objectif à atteindre.

Il a aussi amélioré leur estime de soi et leur humeur, à réguler leur appétit et leur sommeil, et les a distraits de leurs pensées négatives. Et pour ceux qui pratiquent en groupe, le sport permet de créer de nouveaux liens sociaux, de renouer avec les autres. Toutes ces données sont tirées du blog de Cerveau et Psycho Affaires. Il est important, même si l’activité physique et sportive démontre tout son intérêt pour lutter efficacement contre la dépression, de comprendre qu’elle ne reste qu’un addition aux méthodes plus traditionnelles.